#challengeAZ : E comme Erreur(s) de débutant

Aujourd’hui je vais vous parlé du début de mes recherches généalogiques, il y a plus de 20 ans. J’ai commencé à partir à la découverte de mes ancêtres dans les mairies ou les archives départementales en 1990. Tout ce passe bien au départ, jusqu’à l’arrivée inévitable de la première épine généalogique.

Acte(s) manquant(s)

Cette épine est l’impossibilité de trouver l’acte de mariage de Jean Barret et Marie Montchovet. Les infos en ma possession à l’époque sont :

  • La naissance de leur fils Pierre le 22 novembre 1801 (1er frimaire de l’an 10) à Saint Didier la Seauve. Qui pour moi, dans mes recherches, est le premier de la fratrie.
  • Le décès de Jean, le 24 décembre 1843 à Saint Didier la Seauve à l’age de 78 ans et qui donne une naissance vers 1765 à Jonzieux (Loire).
  • Le décès de Marie, le 14 mars 1847 à Saint Didier la Seauve à l’age de 80 ans et qui donne une naissance vers 1767 dans cette même commune.

Mes recherches sur la commune de Saint Didier la Seauve sur la période 1783-1801 ne donnent rien, pas plus sur les communes voisines ou dans celle de Jonzieux.

En attendant de trouver cet acte, je décide de voir si je peux avancer en retrouvant l’acte de naissance de chacun des mariés.

Pas trop de solution

À Jonzieux, je commence ma recherche et en 1768, je trouve mon premier Barret, Pierre qui se marie le 12 janvier avec Alix Chalayer. Puis plus de Barret, jusqu’en 1773 où né Jean Barret, le 14 juillet de Pierre Barret et de défunte Alix Chalayer. L’acte suivant est celui du décès de la mère où est mentionné dans la marge : « Enterrement d’Alix Chalayer et de son enfant ». Bon, ce n’est donc pas le bon Jean.

Je continue mes recherches et le 5 janvier 1777, Pierre Barret se remarie avec Louise Dupuy. Cette même année, le 18 septembre, un garçon n’est de ce couple qu’ils prénomment Jean. Derrière, naissent 6 autres enfants mais seules les 2 dernières filles ne meurent pas en bas age.

Les résultats me laissent perplexe. J’ai 2 Jean, mais un est mort à la naissance et l’autre est vraiment beaucoup plus jeune que prévu. Je sais qu’à cette époque, il ne faut pas trop se fier à l’age indiqué sur les différents actes. Il y a régulièrement des écarts de plusieurs années, mais 12 ans, ça me parait énorme. Du coup par précaution, je garde toutes les infos dénichées en attendant de trouver un jour cet acte qui joue à cache-cache avec moi.

Autres archives

J’ai mis du temps à me décider à consulter d’autres archives que l’état-civil. Quand on est bloqué pour un mariage, rien de tel que le contrat de mariage dans les archives notariales. Je trouve le mien et tout de suite je regarde le nom des parents. Jean est de fils de Pierre Barret et… Alix Chalayer…

Dans la tête, plein de questions font surfaces et surtout qu’est ce que j’ai raté. En rentrant chez moi, j’ai sauté sur mes archives et sur la photocopie du baptême de Jean et de l’enterrement de sa mère, et j’ai tout de suite compris.

Décès Alix Chalayer et de son enfant

Décès Alix Chalayer et de son enfant

Enterrement d’Alix Chalayer et de son enfant

L’an mil sept cens soixante treize et le seizième juillet a été inhumée par moi soussigné dans le cimetière de l’église paroissiale de Jonzieu Alix Chalayer épouse de Pierre Barret journalier de ce bourg et paroisse de Jonzieu y étant décédée avant hier agée d’environ trente six ans après avoir receu les sacremens de pénitence et d’extrême onction; et avec elle a été inhumée dans ledit cimetière une fille légitime dudit Pierre Barret et de la susdite défuncte Alix Chalayer, décédée avant hier quelques momens après sa naissance; toute fois après avoir été duement ondoyée. ont été présens audit enterrement Jacques Couturier et François Cotte enterreurs à Jonzieu, qui ont déclaré ne scavoir signer de ce enquis et sommés.

Pradier père Curé

Plusieurs erreurs de ma part, déjà ne pas avoir pensé à une naissance de jumeaux et ensuite ne pas avoir lu correctement l’acte. C’est là qu’on voit qu’il faut régulièrement faire le point avec les actes trouvés à la recherche d’infos qu’on a ratées.

Plusieurs années après, j’ai trouvé l’acte de mariage tant cherché. Il était, là où j’avais déjà regardé, à Jonzieux, le 11 février 1801 (22 pluviôse de l’an 9).

C’est le charme de la généalogie, certains ancêtres se font désirer et on peut passer plusieurs fois à côté d’eux sans les voir.

Publicités

4 réflexions sur “#challengeAZ : E comme Erreur(s) de débutant

  1. Les erreurs font partie de la pratique généalogique et tant mieux je pense ! Le tout est d’en avoir conscience et de revérifier régulièrement nos sources et nos résultats… Au fond, l’humilité est nécessaire à celui ou celle qui cherche 🙂

    Guillaume

    Aimé par 1 personne

  2. Cela me rassure de voir quand je ne suis pas la seule à être passée sur un acte recherché. Quand je me suis replongée sur les premiers ancêtres qui s’étaient fait désirer, j’ai tout trouvé d’un coup…
    L’expérience nous apprenant peut être à une plus grande attention

    Bon challenge

    Sandra

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s