#ChallengeAZ : A comme Atonie d’une existence ordinaire

Louis-François Pinagot a existé. L’état civil en témoigne. Il est né le 2 messidor an VI (20 juin 1798) « sur les trois heures du soir ». Il est mort à son domicile, le 31 janvier 1876. Puis il a sombré dans un oubli total. Jamais il n’a pris la parole au nom de ses semblables. Sans doute n’y a-t-il pas même songé; d’autant qu’il était analphabète…

C’est ainsi que débute le livre de l’historien Alain Corbin : « Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot (sur les traces d’un inconnu) 1798 – 1876.

Tout au long de son livre, il va chercher à faire sortir de l’oubli, l’existence de ce modeste sabotier de l’Orne.

 

Les ancêtres sans histoire, les Invisibles, les Anonymes ordinaires…

 

Nous avons dans notre généalogie, une multitude d’ancêtres similaires à Louis-François Pinagot. Mais comment appeler ces hommes et ces femmes ? La réponse à cette question n’est pas simple. On trouve, chez les généalogistes, plusieurs appellations :

  • Les Invisibles

Elise, dans son blog « Auprès de nos racines », les définit ainsi dans son article « Histoire familiale : comment parler des Invisibles » :

Les Invisibles, à notre époque comme du temps de nos ancêtres, ce sont ces individus qui n’ont pas eu de destin particulier. Ils n’ont laissé leur nom que sur quelques actes d’état civil, ils sont restés dans l’ombre et n’ont jamais fait parler d’eux, et ont, somme toute, vécu une vie tout à fait ordinaire.

  • Les ancêtres sans histoire

Sophie Boudarel préfère cette appellation et lance même « un plaidoyer pour mes ancêtres sans histoire »

  • Les Anonymes ordinaires

 

Personnellement, je ne suis pas vraiment convaincu par toutes ces appellations car pour moi, nos ancêtres, qui apparaissent dans les actes d’état-civil ne sont pas invisibles, même si je comprends la démarche de ceux qui utilisent ce terme. À partir du moment, où on a retrouvé leur existence, ils ne sont plus invisibles pour nous. En psychogénéalogie, les Invisibles sont plutôt les personnes que l’on cherche à oublier, à cacher pour le bien et/ou l’honneur de la famille. Ils ne sont pas sans histoire, à leur niveau, ils participent à l’Histoire du monde. L’utilisation des termes « anonymes ordinaires » n’est guère plus intéressante car la notion d’anonyme (qu’on ne connait pas) est elle aussi réductrice. Je ne pense pas qu’il y ait de nom idéal pour définir ces personnes. Je préfère me rapprocher d’Alain Corbin et parler « d’ancêtres à l’existence ordinaire ». Chacun trouvera sa propre façon de les nommer en fonction de sa sensibilité. L’essentiel étant de les faire sortir de l’oubli et ne pas oublier d’où l’on vient. Chaque ascendant a la même importance qu’il soit riche ou pauvre et je suis aussi fier du parcours de mes ancêtres cloutiers que de mes ancêtres nobles.

 

Claude Samuel

 

Pour mon thème du ChallengeAZ 2016, j’ai choisi de retracer la vie d’un de ces individus à l’existence ordinaire, mon arrière-arrière grand-père Claude Samuel (SOSA 16), à travers les actes d’état-civil, son milieu familial, social, les lieux où il a vécu… Je reviendrai aussi sur plusieurs articles du ChallengeAZ 2015 qui ont un lien direct avec lui. Il n’est pas totalement sans histoire et il apparait sur d’autres actes que ceux de sa naissance, son mariage ou son décès. Il reste malgré tout dans l’ombre. Il semble, d’ailleurs, avoir plus subi sa vie qu’en être le principal acteur.

Naissance Claude Samuel

Depuis de nombreuses années, je désirais écrire son histoire. La lecture du livre d’Alain Corbin sur Louis-François Pinagot a été un déclic pour ce projet mais je n’ai malheureusement pas les connaissances, ni l’aptitude à écrire de cet historien. Pendant 18 ans, cette idée est restée à l’état de projet et cette année, je décide de me jeter à l’eau, rassuré par mon ChallengeAZ 2015 et par l’acceptation de faire du mieux que je peux.

J’ai divisé sa vie en 3 grandes parties. La première correspond à sa naissance et toute son enfance, jusqu’à l’âge adulte. la deuxième retracera sa période militaire pendant le second Empire et la troisième parlera de sa vie de père, grand-père et de la fin de sa vie.

J’ai pris le parti pris de rester dans le respect de la chronologie. La difficulté engendrée par ce choix pour le challenge tel qu’il est conçu, va être de trouver un titre en fonction de la lettre du jour.

Partons dès demain, pendant ce mois de juin 2016, à la découverte de l’histoire de Claude Samuel…

 

Publicités

2 réflexions sur “#ChallengeAZ : A comme Atonie d’une existence ordinaire

  1. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s