#ChallengeAZ : I comme Instruit ou illettré

Pour finir la première période de la vie de Claude Samuel, il manque un élément que tous les enfants d’aujourd’hui vivent au quotidien, c’est l’école. Claude a-t-il été à l’école ? Savait-il lire ou écrire ? Savait-il signer ?

 

Situation de l’instruction en France et en Haute-Loire

Pendant très longtemps, lire et écrire était réservé à une élite. Pour étudier et bénéficier de l’enseignement d’un instituteur, il fallait avoir les moyens financiers. Il existe aussi une autre disparité. Il est plus facile d’aller à l’école pour les habitants des villes que des campagnes. La présence à l’école pour les ruraux est quasi nulle.Dans le livre de 1837 « Tableau de l’instruction primaire en France » de Paul Lorain, on y lit pour l’arrondissement du Puy :

Un des premiers obstacles est l’indifférence profonde, quoique moins universelle qu’il y a 30 ans, des habitants des campagnes, trop ignorants pour sentir même qu’ils le sont. Aux observations qu’on leur adresse sur l’utilité de l’instruction, ils répondent dans leur patois que le soleil se lève sur les ignorants, tout comme pour les savants.

Autres obstacles :

  • L’argent.
  • l’éloignement des hameaux par rapport à l’école. Les écoliers peuvent mettre plus d’une heure pour se rendre à pied à l’école.
  • la nécessité d’employer les enfants aux travaux de la ferme.
  • l’absence d’obligation d’aller à l’école.

La loi Guizot en 1833, va permettre de développer l’instruction en France avec l’installation d’une école primaire publique dans toutes les communes. La situation fin 1833 décrite dans le livre de Paul Lorain est assez désastreuse. On y apprend que dans le canton de Vorey et de Craponne (Haute-Loire) :

La lecture, une écriture souvent mauvaise, quelquefois les quatre règles; c’est là tout le savoir des instituteurs. Élevés eux-même dans leur village ou dans la commune voisine, ils n’ont d’autres sciences que celles qu’ils reçurent du maître d’école. Point de notion de géographie, aucune connaissance en histoire, nulle idée de l’administration; ils ignorent tout.

Si un instituteur est cité comme excellent sur le canton de Saint-Didier-en-Velay, il n’en est pas de même partout. Sur le canton de Monistrol, il est dit :

Tous les villages ont leur béate; les ennemis de l’émancipation intellectuelle, les prêtres, y exerce une bien funeste influence; l’enseignement y est dans un état déplorable.

Dans le livre « guide de l’étranger dans la Haute-Loire » de Hippolyte Malègue, en 1867, explique que seuls les enfants aisés ont un degré d’instruction voulu.

Les pauvres, c’est à dire la majorité, fréquentent l’école que quatre ou cinq mois par ans et ne peuvent rien apprendre qu’ils n’oublient d’une année sur l’autre.

Il rappelle que l’instruction primaire a beaucoup progressé entre 1830 et 1848, et tout autant entre 1848 et 1866. La plus grosse difficulté qu’il repère c’est le travail d’appoint des enfants de familles pauvres. Plus tard, pour contrer cet état de fait, une nouvelle organisation scolaire sera mis en place qui proposera des vacances l’été, pendant les périodes de fenaisons et de moissons afin que les enfants aident leurs parents.

Pour conclure cette partie, dans le livre de Charles Frédéric Robert « De l’ignorance des populations ouvrières et rurales de la France » sur des données de 1861, il écrit sur l’instruction en Haute-Loire :

La plupart des enfants reçoivent une instruction si faible qu’elle est presque nulle.

 

Claude Samuel

Claude Samuel n’a laissé aucune trace permettant de savoir s’il avait été à l’école ou non. S’il a eu une instruction, il n’en a rien gardé. Tout au plus, on sait qu’il sait signer.

La signature de nos ancêtres nous donne une idée de leur niveau d’instruction. La signature de Claude Samuel est laborieuse. Les lettres sont mal formées, irrégulières. Le S apparait quelquefois à l’envers. Le M peut avoir 4 jambes. Le U va disparaitre ou être double…

Signatures Claude Samuel

Signatures de Claude Samuel dans son livret militaire

 

L’instruction a pourtant été présente dans sa famille, si son père Claude ne sait pas signer, son grand-père a une belle signature.

Signature Blaise Samuel

Signature Blaise Samuel

Certains de ses oncles savent signer dont Blaise (n°2) et Joseph tous les deux extracteurs de pierres sur Saint-Étienne.

Signature Blaise Samuel et son fils Joseph

Signatures de Blaise et son fils Joseph Samuel

Signatures Blaise et son fils Blaise 2 Samuel

Signatures de Blaise et son fils Blaise (n°2) Samuel

Joseph est le père de André Samuel qui deviendra maire du Chambon-Feugerolles. On voit toute la différence de l’éducation en ville ou à la campagne, grâce à cet exemple. Il est, aussi, étonnant de voir la différence d’instruction entre les fils de Blaise. Il n’y a pas de logique d’âge ou de savoir s’ils étaient issus d’un premier ou d’un second lit. Peut-être qu’un jour, j’aurais l’explication de cette différence.

Pour les fils de Claude Samuel, Étienne et Pierre sont dit sur les registres de matricules, sans instruction. Ils ne savent ni lire, ni écrire, comme plusieurs de leurs cousins germains. On peut dire que pour Claude, au vu de sa signature et des informations sur ses fils, il avait une instruction très limitée qui lui permettait juste de mal signer.

Signature Etienne Samuel

Signature d’Étienne Samuel

 

Les béates

Les béates ou filles dévotes ont longtemps, en Haute-Loire, participé à l’instruction dans les campagnes. Cet enseignement était très limité et concernait surtout le catéchisme. Pour les filles, l’instruction est encore pire que pour les garçons. On leur apprenait surtout à devenir une bonne ménagère et la seule façon d’accéder à l’instruction était par l’intermédiaire des béates.

À Cubrisoles, sur le recensement de population, on voit que Marie Blanchard était fille dévote en 1846. A-t-elle participé à la faible instruction primaire ou religieuse de Claude Samuel ? C’est possible. Malheureusement, je n’en saurai jamais rien.

Publicités

3 réflexions sur “#ChallengeAZ : I comme Instruit ou illettré

  1. Pingback: #ChallengeAZ : R comme | Les vieux de mon arbre

  2. Pingback: #ChallengeAZ : R comme Recevoir des nouvelles | Les vieux de mon arbre

  3. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s