#ChallengeAZ : O comme Obsèques lointaines

Il y a des moments difficiles dans la vie d’un homme, à commencer par le décès de ses parents. Claude Samuel va avoir la douleur de perdre son père alors qu’il se trouve encore à l’armée. Pour lui, la guerre de Crimée est fini depuis six mois.Après dix mois passés hors de France auxquels se rajoutent les quatre mois de formation du soldat, Claude a sûrement dû bénéficier d’une période de permission où il a pu rentrer à Cubrisoles pour revoir sa famille.

Pour le décès de son père, on peut se poser des questions. Quand a-t-il appris ce décès ? A-t-il pu avoir une permission pour rentrer chez lui et retrouver le soutien de sa famille ? De combien de jours était cette permission ?

 

Décès du père

Dans la nuit du 21 au 22 février 1856, à 3h du matin, Claude Samuel « père »meurt dans son lit, entouré de sa femme Marie Bergognon et de ses enfants Mathieu, Joseph, Catherine n°2 et Marie. Manque à l’appel, sa fille ainée Catherine n°1 qui vit à Saint-Just-Malmont avec son mari, Barthélémy Defour, et son fils Claude.

Catherine n°1 ne le sait pas encore mais elle est (ou va être sous peu) enceinte pour la 3ème fois, d’une fille, Marie Elisabeth Defour, qui naitra neuf mois plus tard, le 19 novembre 1856. Ses deux premiers enfants, Jean Louis et Claude, sont décédés tous les deux en bas âge.

Claude Samuel « père » était aussi entouré, cette nuit là, par ses 2 beaux-frères Claude et Marcellin Bergognon et par leurs familles.

Claude « père » avait 50 ans à son décès. Ce n’était pas un vieillard. De quoi est-il mort ? Avait-il pris froid ? Avait-il attrapé la grippe ?  Était-il usé par la dure activité de cloutier ? Je ne le saurais sûrement jamais.

Le lendemain, vers midi, son fils Mathieu et son beau-frère Marcellin Bergognon, prennent la route du Rochain puis se dirigent vers le bourg de Saint-Ferréol d’Auroure. Arrivés à une heure de l’après-midi, ils déclarent le décès de Claude Samuel « père » à Jean Teissier, maire de la commune.

Décès Claude Samuel père.jpg

Décès de Claude Samuel « père » – AD43

 

Conséquences

Pour faire son deuil, on sait qu’il faut passer par plusieurs étapes (choc, déni, ronde des émotions, effectuer des tâches en lien avec le décès, accepter le départ de l’autre…).

Claude Samuel ne peut pas remplir toutes ces étapes. Son absence peut être vécu comme une trahison envers le défunt ou à l’inverse du défunt envers lui. Ce sentiment peut vite se transformer en culpabilité.

Autre difficulté, sa probable absence à l’enterrement de son père, du fait de son éloignement et de la lenteur des déplacements du courrier et des personnes. Ce qui rend le deuil incomplet.

En psychogénéalogie, on guette les deuils non faits par la recherche de coïncidences ou d’événements particuliers. Il est très fréquent que la personne souffrant d’un deuil non fait, cherche à remplacer la personne décédée par la naissance d’un nouvel enfant.

La naissance de son fils ainé, Étienne Samuel, le 19 mai 1870 de par sa proximité avec la date de naissance de son grand-père (Claude Samuel « père » est né le 16 mai 1805) indique une possible recherche de réparation de la part de Claude Samuel.

Publicités

2 réflexions sur “#ChallengeAZ : O comme Obsèques lointaines

  1. Pingback: #ChallengeAZ : S comme Situation au retour | Les vieux de mon arbre

  2. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s