#ChallengeAZ : W comme Waouh que de changements

Après son mariage, Claude va entrer dans une nouvelle vie, celle de père. Autour de lui d’autres modifications vont voir le jour et la famille, jusqu’à là, si unie, va s’éloigner, au moins géographiquement.

 

La vie de père

Onze mois après son mariage avec Marie Louise Barret, Claude Samuel entend pour la première fois les cris de son premier fils.

C’est toujours sous le règne de Napoléon III, que Étienne Samuel nait le jeudi 19 mai 1870 à sept heures du soir, à la Rullière commune de Saint-Didier-la-Seauve. Ce n’est que le lendemain soir, à cinq heures, que Claude se rendra à la mairie pour déclaré la naissance de son fils.
Était-il accompagné par son beau-père, son beau-frère, ses frères ou ses amis ? Malheureusement, je ne le saurais jamais. À cette époque, à la mairie de Saint-Didier, les témoins pour les naissances étaient rarement des membres de la famille ou des amis. Pour la naissance d’Étienne, ces témoins étaient Claude Héritier un passementier de 59 ans et Florentin Chouvy, ferblantier de 46 ans. Ces deux hommes seront aussi témoins de nombreux actes sur cette année 1870. Ils devaient sûrement être des élus de la commune.

La coutume veut que pour le premier enfant, le parrain soit le grand-père paternel et pour la marraine, la grand-mère maternelle. Pour le second enfant, ce sont les autres grands-parents. Pour Étienne, son grand-père paternel étant décédé, c’est naturellement Étienne Barret qui sera son parrain et qui lui donnera son prénom.

Lors de cette naissance, Claude Samuel est déclaré forgeron. Ce métier était un complément de son activité de cultivateur. Ce sera la seule fois où cette profession sera attribué à Claude. Marie Louise Barret est déclarée passementière.

Étienne a 17 mois quand nait sa sœur Catherine, le mercredi 18 octobre 1871. Puis d’autres naissances vont s’enchainer dans le village de la Rullière :

  • Marie, née le samedi 22 novembre 1873
  • Pierre, né le dimanche 2 mai 1875
  • Louis, né le mardi 19 mars 1878

La famille quitte la Rullière pour s’installer à Saint Ferréol d’Auroure. C’est là, qu’un matin du mois de juillet 1880, Claude reçoit une triste nouvelle. Sa fille, Catherine, âgée de huit ans, qui travaillait chez son oncle et sa tante, Louis Pichon et Catherine Samuel à Saint-Paul-en-Cornillon (Loire), est décédée dans la nuit, le 5 juillet à trois heures du matin. Claude se dépêchera sur place pour voir une dernière fois sa petite fille et faire la déclaration du décès en mairie accompagné par son beau-frère, Louis Pichon.

Deux mois plus tard, Marie Louise Barret est de nouveau enceinte d’une petite fille qui naitra le vendredi 3 juin 1881. Claude Samuel ira déclarer la petite Maria, accompagné de ses deux voisins, Pierre Bernard et Mathieu Moulin.

Le vendredi 11 avril 1884, Claude devient pour la dernière fois père avec la naissance de son fils Jules. Il a cinquante ans et exerce la profession de cloutier.

 

Mouvement dans la famille

L’année 1869 voit le départ de Claude Samuel de Cubrisoles, ses 4 autres frères et sœurs quant à eux, restent vivre avec leur mère Marie Bergognon.

Vers 1871, son frère, Mathieu Samuel va déménager au Bourgeat, dans la commune de Saint-Ferréol d’Auroure. Comme Claude, il ne s’éloigne pas beaucoup de sa mère, sa nouvelle maison étant située à un peu plus d’un kilomètre au nord de Cubrisoles.

L’année suivante, la plus jeune de la fratrie, Marie part à son tour. Avec son mari, Antoine Angelvin et leur fils Louis, il quitte la campagne pour rejoindre une ville en plein expansion, Firminy. Antoine y exercera de nombreux petits métiers : étameur, chaudronnier, ferblantier. Ensemble, ils habiteront rue Laprat, puis rue de la haute ville et place Marquise, jusqu’au décès d’Antoine en 1882.

Marie se remarie le mardi 18 janvier 1887 à Firminy avec Nicolas Crépieux. Elle habite, avant son mariage, place du marché. Avec Nicolas, elle n’aura pas d’autres enfants mais elle déménagera encore plusieurs fois : rue du mas puis au 17 rue de la Loire.

Marie Bergognon a-t-elle suivi sa fille Marie Samuel en 1872 ? C’est possible. On retrouve sa trace le dimanche 28 décembre 1873 à Firminy, pour son décès à l’hospice civil de Firminy. Sur l’acte de décès, fait en présence de son fils Joseph et de son gendre Antoine Angelvin, il est dit qu’elle vivait rue Laprat.

Marie Bergognon a une particularité. Elle a deux actes de décès enregistrés à son nom. Le premier en date du 29 décembre à Firminy

Décès Marie Bergognon 1

et un deuxième à Saint-Ferréol en date du 31 décembre sur la déclaration de son fils Joseph.

Décès Marie Bergognon 2

Non seulement, elle a deux actes de décès mais elle a aussi deux dates de décès : le 28 décembre 1873 à sept heures du soir et le 31 décembre à trois heures du soir. En regardant de plus près, on se rend compte que l’officier d’état civil ne devait pas être bien réveillé, à huit heures du matin, ou n’a pas tout compris aux propos de Joseph, puisque l’acte a été rédigé 5 heures avant le supposé décès. À noter que le deuxième témoin, Hugues Alexandre, est un de mes arrière-grands-pères. Claude et ses fils travailleront pour lui quelques années plus tard.

Joseph lui aussi quittera Cubrisoles mais à l’heure actuelle, je ne trouve pas à quelle période exactement. Sur l’acte de décès de sa mère, il se déclare habitant Chazeau commune voisine de Firminy (aujourd’hui la première est un quartier de la seconde). Je ne trouve rien en 1872 sur le registre du recensement. Il est possible qu’il ait déménagé en même temps que sa sœur Marie. Il a travaillé à la mine puis dans les usines métallurgiques mais il continuera toujours à travailler la terre.

La dernière a rester à Cubrisoles est Catherine avec son mari Louis Pichon, ils quitteront à leur tour le village natale en 1880 pour s’installer à Saint-Paul-en-Cornillon.

Après plus de soixante ans de présence dans le village, la famille tourne la page avec Cubrisoles.

Advertisements

Une réflexion sur “#ChallengeAZ : W comme Waouh que de changements

  1. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s