#ChallengeAZ : Z comme 3, 2, 1, Zéro, 1, 2, 3…

Claude Samuel entre dans les dernières années de sa vie. Le compte à rebours a commencé. Les ainés de ses enfants sont partis de la maison familiale. Ils sont allés rejoindre la vallée de l’Ondaine et l’attrait de ses industries. Claude attend (espère ?) la venue de petits enfants pour qu’ils prennent la suite et que l’histoire familiale continue.

 

Les dernières années

Vendredi 9 août 1901, Claude a maintenant 67 ans. En ce jour des bien-nommés Saint Amour et Saint Samuel, Claude devient pour la première fois grand-père.

Il est bien devenu grand-père par alliance quand sa belle-fille, Marie Barret qui avait épousé, en 1887, Gabriel Collard, a accouché, le jeudi 31 janvier 1889 à la Rullière commune de Saint-Didier-en-Velay, d’un fils prénommé Jean. Mais, il ne semblait pas très proche de Marie. Pour son mariage, Claude n’est pas cité pendant cette cérémonie, seuls Marie Louise Barret, la mère de Marie, et Jules Carpot, un cousin par alliance qui a épousé sa cousine Marie, elle aussi, née de père inconnue, seront cités dans l’acte de mariage. Marie ne profitera pas, longtemps, de son enfant, elle meurt peu de temps après, le jeudi 29 mars 1894 à la Rullière et il n’est pas certain que Claude ait vu grandir cet enfant.

Concernant sa petite-fille, Marie Claudine, Claude qui comme le veut la coutume, est choisi pour être son parrain, a pu la voir, plus souvent, ses parent Étienne Samuel et Annette Larois, habitant dans la commune de Chazeau au lieu-dit du Pinay, à deux kilomètres de la maison de Claude, située à la Côte, .

Étienne a épousé Annette, le jeudi 11 octobre 1900 à Saint-Ferréol d’Auroure. Le recensement de 1901, nous apprend deux choses :

  • Qu’un fils nommé Jacques Samuel, âgé de deux ans habite avec Étienne. Il s’agit en réalité du fils naturel de Annette que Claude ne reconnaitra pas et qui se nomme Larois.
  • Que Étienne est métallurgiste et qu’il travaille dans le centre de Firminy dans l’usine Limousin qui se situe dans la grand-rue au niveau des arcades et de la résidence du centre.

Sur l’acte de naissance de sa fille qui se situe juste après ce recensement, on apprend que Étienne a changé de travail et qu’il est depuis peu mineur.

Étienne n’est pas le premier enfant de Claude a se marier. Sa fille, Marie, épouse Jean Collin, le samedi 22 novembre 1897 à Saint-Ferréol. À ma connaissance, ils n’auront pas d’enfant.

Le jeudi 21 mai 1903, Étienne aura une deuxième fille, Louise, qui aura pour marraine Marie Louise Barret. Il habite toujours au même endroit du Pinay et travaille encore comme mineur.

Cette même année, le 22 août, le frère ainé de Claude, Mathieu Samuel, décède en son domicile au lieu-dit des Sagnes commune de Saint-Just-Malmont.

Grâce au recensement de 1906, on apprend que Étienne et sa petite famille, ont déménagé à Saint-Paul-en-Cornillon (Loire) au lieu-dit de Lyet. Il habite pas très loin de sa tante Catherine Samuel et de son mari, Louis Pichon. Étienne travaille, maintenant, dans les usines métallurgiques Holtzer situé sur la commune d’Unieux.
De son côté, Pierre Samuel qui est (et restera) célibataire, habite au Pinay de la commune de Chazeau et il travaille à la mine.

 

Passage de relais

Jeudi 26 juillet 1906, à huit heures du matin, Claude Samuel rend son dernier soupir dans sa petite maison de la Côte à Saint-Ferréol. Claude est âgé de 72 ans.

C’est le lendemain matin que Étienne Samuel, ira déclarer le décès de son père, à la mairie de Saint-Ferréol d’Auroure. Il est 6 heures du matin. Les mairies ouvraient tôt à cette époque.

Repassera-t-il embrasser sa mère et, ses frères et ses sœurs ?. Aucune indication ne permettra de le savoir mais il doit rentrer, au plus vite, à son domicile.

À Lyet, sa femme, Annette Larois est sur le point d’accoucher. Il est fort probable que Étienne n’arrivera pas à temps pour assister la naissance de sa troisième fille. La maison de ses parents se trouve à plus de 6 kilomètres de son domicile. Marie Antoinette nait le 27 juillet à huit heures du matin. Étienne se rendra à la mairie de Saint-Paul-en-Cornillon, le soir même à six heures du soir.

En 24 heures, Étienne Samuel aura été tiraillé entre de fortes émotions, entre la joie de la naissance de sa fille et la tristesse de la perte de son père. Lui qui était connu pour être quelqu’un de dur. Aura-t-il pu et su exprimer ses émotions ?

Claude quitte les siens, Marie Antoinette vient au monde.

La vie a horreur du vide et quand un membre d’une famille disparait, il n’est pas rare qu’un autre le remplace…

 

renaissance

Advertisements

4 réflexions sur “#ChallengeAZ : Z comme 3, 2, 1, Zéro, 1, 2, 3…

  1. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s