#ChallengeAZ : Acte de naissance de François Bonnamour

J’ai longtemps hésité à participer à ce ChallengeAZ 2017 surtout sans préparation ou presque. Mais le plaisir (ou l’addiction) de mes 2 précédentes participations me pousse à rejoindre la communauté des fidèles généablogueurs.

Pour cette nouvelle édition, j’ai fait le choix de vous parler de la vie de mon arrière-arrière-grand-père François Bonnamour. Manque d’originalité penseront, peut-être, ceux qui m’ont suivis l’an dernier puisque mon thème était la vie de Claude Samuel.
Mon défi, cette année, va être double :

  • Ne pas refaire les mêmes articles que l’an dernier.
  • Arriver à tenir tout le mois avec le peu d’info que je possède sur François Bonnamour.

Pour le premier point, le changement de région et les modes de vie différents vont me permettre d’aborder d’autres thèmes que l’an dernier.

Pour le second point, ben… on verra bien

 

Naissance de François Bonnamour

 

François est le premier garçon du couple Jean Bonnamour et Marie Brun.

Il est né le 17 janvier 1859 à 10h du matin dans la commune de Bayet (Allier).
Ses parents habitent dans la ferme familiale du lieu-dit le domaine du bois. Ce domaine se trouve à 1,6 km du centre du village. À cette époque, le chemin qui relie Bayet à l’ancienne commune de Martilly passe devant l’habitation de la famille Bonnamour. Ce dernier perdra de son importance avec la construction, en 1853, de la route départementale 183 pour aller à St-Pourçain sur Sioule en passant par Nérignet. On peut penser que comme pour le domaine du Châtelus situé entre le village et la ferme, une allée fût mise en place pour rejoindre ce nouvel axe principal.

Domaine du bois

Carte IGN

Le paysage est rural avec peu de relief. La ferme domine légèrement la plaine où coule la rivière la Sioule. Tout autour, on trouve de nombreux champs mais aussi des vignobles.

Mariés ensemble depuis le 17 janvier 1854 à Bayet, Jean et Marie ont eu 3 filles avant l’arrivée de François.

  • Annette née le 9 novembre 1854
  • Une fille mort-née le 20 avril 1856
  • Catherine née le 5 juin 1857

Toutes sont nées dans le domaine du bois.

Cadastre Bayet

Cadastre

Sur son acte de naissance, François porte le prénom François-Antoine. Son père est âgé de 30 ans, il exerce la profession de fermier. Il est accompagné pour faire la déclaration à la mairie de son propre père Pierre Bonnamour âgé de 51 ans, lui aussi fermier et de Nicolas Bardin son oncle qui est propriétaire. On apprend aussi que sa mère à 27 ans.

N François Bonnamour.jpg

Après François, le couple aura 4 autres enfants :

  • Jean né le 23 avril 1862
  • Françoise née le 14 février 1864
  • Catherine (N°2) née le 21 avril 1869
  • Anne née le 3 février 1873

Jean et Françoise sont nés au domaine du bois et les 2 dernières filles à St-Pourçain sur Sioule.

 

Origine des familles

 

Les deux familles, Bonnamour et Brun ne sont pas originaire de Bayet.

Pierre Bonnamour et Marie Anne Bardin, les grand-parents de François, s’installe dans le village sur la fin des années 1830. Sur le recensement de 1836, il n’apparaisse pas encore sur la commune mais l’année suivante, nait à Bayet leur fille, Anne.
Ils se sont pourtant mariés dans la commune le 20 février 1827 mais par la suite, ils ont habité la commune de Brout-Vernet. Marie Anne et ses parents sont, eux, originaires de Bayet.

De son côté, Pierre est né à Paray-sous-Briaille, mais sa famille a vécu pendant plusieurs générations à Étroussat. Ses ancêtres sont fermiers et de condition sociale assez élevée. Son arrière-grand-père, François Bonnamour était marchand-fermier.

Du côté de Brun, si les grand-parents, Éléonard Brun et Anne Chavenon, vivent à Chareil-Cintrat. Les deux familles sont issues de Bellenaves pour les Brun et de Taxat-Senat pour les Chavenon. Le père de Éléonard avait fait l’objet d’une énigme relatée dans un ancien article.

 

Deux décès

 

Huit mois se sont écoulés quand deux drames vont toucher les parent de François.

Le 12 septembre 1859, au domaine du bois, Jean Bonnamour (N°2) âgé de 23 ans, oncle à François, meurt. Il ne laissa aucune descendance, n’étant pas marié.

Neuf jours plus tard, le 21 septembre, c’est au tour de la mère de François, Marie Brun, d’être touché par un deuil. Sa mère, Anne Chavenon, décède à Chareil-Cintrat à l’âge de 49 ans. François n’aura pratiquement pas connu sa grand-mère et n’en gardera sûrement aucun souvenir.

On sait que les deuils vécus dans la toute petite enfance laisse souvent des traces. Si ce n’est par le souvenir, ils se ressentent pas les émotions parentales. L’enfant ne comprend pas la cause du changement émotionnel du ou des parents mais il se rend compte que ce ou ces dernier(s) ne sont pas comme d’habitude. Une hypothèse, proposée par Salomon Sellam, montrerait un lien entre le deuil de la petite enfance et les troubles alimentaires. D’autres effets sur la vie d’une personne, peuvent résulter de ce type de deuil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s