#ChallengeAZ : C comme Cubrisoles

Lundi 18 novembre 1833 après-midi, Claude Samuel « père », après avoir déclaré la naissance de son fils Claude, rentre chez lui en empruntant la route nationale 88 en direction du Puy. Au bout de 1,5km, il arrive au Rochain et quitte la grande route, pour prendre un petit chemin, montant à flanc de colline, à travers les prés. Puis après avoir traversé une petite forêt, Claude au détour d’un virage aperçoit les premières maisons de Cubrisoles.

Cubrisoles - La Rulliere

Cubrisoles sur Google Maps

Le hameau est composé d’une petite dizaine de maisons. Il parait isolé sur ce terrain vallonné, entouré de forêts. L’atmosphère y est calme et n’est rythmé qu’aux bruits des travaux agricoles, du chant des marteaux sur l’enclume venant de la forge des cloutiers et des cris des enfants. Au loin, on aperçoit les toits de la Rullière (Saint-Didier-en-Velay)

20150517_143124

Vue en direction de la Rullière (photo personnelle)

Aujourd’hui, quand on va à Cubrisoles, les choses n’ont pas beaucoup changé. Le chemin venant du Rochain a été goudronné. Quelques maisons neuves ont été construites. Mais la sensation d’isolement et de calme est toujours là. Aucun bruit, juste le chant des criquets dans les prés.

20150517_144126

Champs proche de Cubrisoles (photo personnelle)

C’est dans ces lieux que Claude Samuel va grandir, entouré par les siens. Il y restera 35 ans, jusqu’à son mariage en 1869. Sur cette période, il s’absentera juste quelques années pour accomplir son service militaire.

 

Recensements

Si on s’en tient aux chiffres transmis par les recensements de population, on a :

  • 1831 : 58 habitants dont 36 enfants pour 13 maisons
  • 1846 : 71 habitants dont 47 enfants pour 11 maisons
  • 1851 : 50 habitants dont 33 enfants pour 8 maisons
  • 1856 : 98 habitants dont 61 enfants pour 19 maisons
  • 1881 : 48 habitants pour 8 maisons
  • 1886 : 43 habitants pour 8 maisons

On voit qu’il y a de grosses différences d’une période à l’autre. Autant pour le nombre d’habitants, on sait qu’il peut y avoir des fluctuations importantes. Autant pour les habitations, 11 maisons qui apparaissent puis disparaissent, ça parait moins normal. Après vérification, en 1856, plusieurs hameaux ont été regroupé comme le Barret qui s’est retrouvé avec Cubrisoles. Pour les années 1831 et 1846, on peut penser qu’ils ont intégré en plus des maisons isolés. Pour avoir une idée plus précise de Cubrisoles, j’ai récupéré le plan du cadastre. Dessus, on voit indiqué 8 maisons, ce qui correspond bien aux années 1851, 1881 et 1886.

Cubrisoles cadastre

Cadastre pour Cubrisoles (AD43)

Pour éviter ces différences, je ne me suis intéressé qu’aux familles communes aux années 1846, 1851 et 1856 et qui sont au nombre de huit ce qui laisse à penser qu’on ne s’intéresse bien qu’aux huit maisons composant le hameau. Ces personnes ont accompagné Claude Samuel pendant toute sa jeunesse.

  • Antoine Blanchard, cultivateur et Jeanne Agnès + leurs enfants
  • François Bayon, cultivateur et Anne Pêtre + leurs enfants
  • Jacques Moulin, cultivateur et Ursule Fauvet + leurs enfants
  • Claude Bergognon, cultivateur et Catherine Samuel + leurs enfants
  • Claude Samuel, cultivateur puis cloutier et Marie Bergognon + leurs enfants
  • Marcellin Bergognon, maçon et Anne Valadier + leurs enfants
  • Jean Bayon, cultivateur et veuf de Marie Mourier qui vit avec son fils Jean, cultivateur, l’épouse de ce dernier, Françoise Deville et ses petits enfants
  • Marie Blanchard, fille dévote décédée en 1859, elle apparait en 1851 avec Jean Blanchard, cultivateur et Mélanie Neyret + leurs enfants

 

Pont-Salomon

Le 12 juillet 1865 voit la création de la commune de Pont-Salomon. Jusqu’à cette date, Pont-Salomon n’était qu’un village de la commune de Saint-Ferréol d’Auroure.

En 1842, Alexis Massenet, père du célèbre compositeur Jules Massenet, décide de délocaliser son usine de fabrique de faux de Saint-Étienne, pour l’installer à Pont-Salomon. Cette délocalisation a plusieurs avantage pour lui. Pont-Salomon possède une rivière, la Semène, lui permettant la production d’une force hydraulique bien moins onéreuse que l’énergie vapeur qu’il utilisait précédemment.L’usine reste à proximité des villes industrielles qui lui fournissent le charbon et l’acier. Et dernier avantage, il est sur un axe de communication important la fameuse RN88. Alexis avait dû l’emprunter quand il a déménagé de Toulouse à Saint-Étienne.

En 1856, Pierre Frédéric Dorian, gendre de l’industriel aciériste Jacob Holtzer, reprend l’usine de faux sous le nom de société d’outils agricoles « Dorian-Holtzer, Jackson et Cie ». L’essor de la fabrique va entrainer une forte augmentation démographie qui, par ricochet, va provoquer la création de la commune de Pont-Salomon en prenant des terrains de 3 communes : Aurec sur Loire, Saint-Didier-en-Velay et Saint-Ferréol d’Auroure. Cubrisoles va quitter Saint Ferréol pour être intégré à Pont-Salomon. Ce changement ne va pas faire que des heureux. La mairie et le conseil de fabrique par l’intermédiaire du curé Vergnol écrira en 1872 :

Aussi ne voulons-nous pas faire opposition à l’érection de la nouvelle paroisse; mais nous conjurons humblement son excellence Mr le Ministre de conserver à notre paroisse de Saint-Ferréol deux villages que la proximité et leurs intérêts attachent à Saint-Ferréol et qui ont été compris dans la commune du Pont-Salomon. Quoiqu’on eût promis de ne pas y toucher. Ce sont les villages du Rochain dont on a laissé à la commune  de Saint-Ferréol quatre maisons et de Cubrizole. Les deux villages renferment une centaine d’habitant.

Ce changement ne semble pas avoir eu des conséquences directes sur la vie de Claude Samuel.
C’est à cette époque que Saint-Ferréol d’Auroure va commencer à décliner au niveau de sa démographie. En 1861, il y a 1746 habitants. Cinq ans plus tard, ils ne sont plus que 1283. Du côté de Pont-Salomon, en 1866, la commune est pratiquement aussi important que Saint-Ferréol, en terme de démographie, avec 1268 habitants et va bientôt dépasser pour de longues années, la commune dont elle est issue.
20150517_143145

Chemin au dessus de Cubrisoles avec la forêt face au village (photo personnelle)

 

Publicités

Une réflexion sur “#ChallengeAZ : C comme Cubrisoles

  1. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s