#ChallengeAZ : H comme Heure du repas

Au pays de la gastronomie, nos repas sont variés. Nous pouvons manger des aliments qui viennent des quatre coins du monde. Mais ce n’était pas le cas de nos ancêtres. Leurs repas  étaient presque toujours les mêmes. Il y avait peu de diversité, ils ne mangeaient que ce qui était produit à proximité. Certains aliments qui semblent banals, aujourd’hui, étaient peu ou pas utilisés comme les tomates qui arriveront à Saint-Ferréol d’Auroure, beaucoup plus tard. Les œufs étaient plutôt réservés aux personnes riches… Les méthodes de conservations des aliments, influençaient les habitudes alimentaires. Elles imposent de consommer rapidement les produits frais.

Mais du coup, que mangeaient nos ancêtres ? Que mangeait Claude Samuel ?

 

Porc

Le porc tient une place importante dans l’alimentation à Saint-Ferréol et ses environs. Même les plus pauvres essayent d’économiser suffisamment pour pouvoir se payer un cochon.

Le jour où on tue le cochon, c’est un jour de fête. On se réunit à plusieurs familles, et pendant que les hommes tuent le cochon et le découpent, les femmes commencent à préparer les boudins, saucisses, saucissons et autres salaisons. Toute la journée va occuper petits et grands. À midi c’est l’occasion de faire un repas de fête où on mange la fricaude (boudins et abats) accompagnée d’une fricassée de pommes de terre. En général, les parties qu’on ne peut pas conserver longtemps, sont partagés entre tous les participants. Chaque famille va ainsi tuer son cochon en décalé, ce qui permet d’avoir plus souvent et régulièrement de la viande fraiche.

L’avantage du cochon, c’est que tout se mange et qu’avec les salaisons, certaines parties peuvent se conserver longtemps.

 

Pommes de terre

Les pommes de terre sont aussi un élément essentiel de l’alimentation. En 1914, Albert Boissier dénombre près de 40 variétés de semences. Plusieurs préparations de patates sont possibles dont la spécialité locale, la râpée.

Comme son nom l’indique, la râpée est composée de pommes de terre râpées que l’on lie dans un œuf et qu’on cuit dans une poêle contenant un corps gras. En général, on les mange avec du sarasson (babeurre) assaisonné avec du sel, poivre et ail, et accompagnées d’une salade.

rapee

Les autres préparations sont :

  • Cuites dans l’eau avec la peau.
  • Cuites dans les braises de la cheminée.
  • La fricassée, coupées en morceaux puis cuites dans une poêle avec du saindoux.
  • Dans les soupes.

 

Soupes

La soupe est l’élément de base des repas. Nos ancêtres en consomment 2 à 3 fois par jour. Dans la cheminée, on trouve une grande marmite dans laquelle mijote la soupe toute la journée sur le feu. On raconte que dès que le récipient s’est vidé un peu, on y rajoute de nouveaux légumes. Les principales soupes sont :

  • La soupe aux choux. Pour qu’elle soit vraiment réussie, il faut qu’elle cuise avec un morceau de lard rance.
  • La soupe de légumes.
  • La soupe de poireaux.
  • La soupe de pain trempé dans du lait ou du vin.

 

Fromages

Le fromage le plus consommé, c’est la tomme. Elle n’est pas consommé comme fromage sec mais sous forme de lait caillé conservé dans des faisselles. Elle peut être faite à partir de lait de vache ou de chèvre. D’autres petits fromages secs sont consommés comme les rigottes, les briques ou les fourmes.

Je rajouterai le sarasson qui a l’aspect du fromage blanc battu et le beurre.

 

Autres aliments

On retrouve :

  • Le pain noir, généralement, à base de farine de seigle.
  • Les matefaims, espèce de crêpe épaisse et nourrissante, constituée de farine de seigle ou de blé noir, d’œufs…
  • La salade de barabans (pissenlits)
  • Pommes
  • Les châtaignes
  • Les baies sauvages cueillies dans les bois environnants.
  • Le poisson du ruisseau proche
  •  Les grenouilles
  • En boisson, c’est surtout de l’eau qui est consommée. Il y a peu de vin et sur le hameau de La Fayette, ils ont une boisson proche du cidre, à base de pommes.

 

Les repas

Nos ancêtres mangeaient différemment de nous. Ils avaient souvent plus de repas qui du coup étaient moins copieux. On dénombre pas loin de 5 repas par jour. Un exemple de repas sur une journée, donne :

  • 1er repas entre 8h et 9h : Soupe et fromage
  • 2ème repas entre 12h et 13h : Grillade ou râpée
  • 3ème repas vers 16h : Pain noir et tomme
  • 4ème repas entre 19h et 20h : Pomme de terre cuite à la braise
  • 5ème repas vers 22h : Soupe
Publicités

5 réflexions sur “#ChallengeAZ : H comme Heure du repas

  1. En Suisse alémanique et dans les secteurs vosins en Alsace, les râpées sont appelées rösti. On en fait aussi dans le Puy-de-Dôme sous le nom de pachades. Excellent sous tous les climats !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: #ChallengeAZ : Y comme Y a du bruit dans la forge | Les vieux de mon arbre

  3. Pingback: #ChallengeAZ : Bilan 2016 | Les vieux de mon arbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s